Lettre ouverte : Il est urgent de protéger nos cours d’eau !

Lettre ouverte :  Il est urgent de protéger nos cours d’eau !

 

La Journée mondiale de l’environnement (5 juin) est l’occasion pour moi de vous parler d’une situation préoccupante. Cela fait déjà plusieurs années que nos cours d’eau et nos lacs sont vulnérables face aux attaques environnementales et que les écosystèmes qu’ils abritent sont en danger.

 

Cet état de fait, nous le devons à ce gouvernement qui, une nouvelle fois, ne tient pas ces engagements et maintient les dispositions qui avaient été prises par les conservateurs. En refusant d’agir, le gouvernement Trudeau continue de priver de protections environnementales et règlementaires 99% des voies navigables du Canada. Chez nous se sont les rivières Yamaska, Noire et Le Renne qui se retrouvent sans protections. En janvier dernier, le NPD pointait d’ailleurs cette situation du doigt dans un rapport d’opinion dissidente. La loi sur la protection des eaux navigables est l’une des plus anciennes lois de notre pays. Elle est la gardienne de notre patrimoine naturel et de nos paysages. Mais les conservateurs lui ont porté une atteinte grave et, aujourd’hui, les libéraux, qui se disent champions de la protection de l’environnement, ne se soucient pas de rétablir la protection dont nos voies navigables ont besoin.

 

Il n’est pas normal que les citoyens et les groupes de défense endossent à eux seuls la lourde responsabilité de  trainer devant les tribunaux les projets menaçants leurs droits de navigation. Il n’est pas normal qu’aucune évaluation environnementale ne soit nécessaire pour des projets d’infrastructures qui touchent les cours d’eau. Il n’est pas non plus normal que les promoteurs ne soient plus tenus d’avertir le gouvernement lorsqu’un projet nuit à la navigation. Enfin, il n’est pas normal que l’autorisation du Ministre des Transports ne soit plus nécessaire pour débuter la construction de travaux.

 

En 2012, des centaines de citoyens avaient signé la pétition réclamant notamment de protéger le droit public à la navigation et de remettre en place les processus d’évaluations environnementales pour les projets de développement près des cours d’eau. Seulement depuis rien n’a changé et les libéraux fuient toujours leurs responsabilités.

 

Je considère qu’il est fondamental de protéger nos cours d’eau, ces lacs et rivières sont notre patrimoine et notre richesse. L’eau est une ressource précieuse. C’est pourquoi j’invite tous les Maskoutains et Valois que la protection de leurs cours d’eau préoccupe à redoubler de vigilance et à faire entendre leurs inquiétudes. Pour ma part, je continuerai de me battre pour que les choses changent.

C’est le temps d’agir. Avant qu’il ne soit trop tard, faisons connaitre nos revendications et agissons ensemble !

 

Brigitte Sansoucy

Députée de Saint-Hyacinthe-Bagot