Une session fort chargée pour la députée Brigitte Sansoucy

Depuis septembre dernier, Brigitte Sansoucy a connu une session parlementaire fort chargée, mais fidèle à son éternel optimisme, la députée de Saint-Hyacinthe–Bagot a redoublé d’efforts pour continuer de représenter ses concitoyen.nes, dans un contexte où les libéraux ne cessent de se mettre la tête dans le sable et les conservateurs jouent sur les peurs.

La députée Sansoucy dresse ainsi le bilan des quatre derniers mois. La députée a continué de défendre les dossiers à Ottawa importants pour sa communauté. Tout d’abord, la gestion de l’offre a plus que jamais été au cœur des préoccupations du fait de la signature du nouvel accord de libre-échange États-Unis–Mexique–Canada. La députée a multiplié les interventions en Chambre pour dénoncer la trahison des agriculteurs par Justin Trudeau et a participé à une semaine de mobilisation aux côtés de la leader parlementaire du NPD, Ruth-Ellen Brosseau, et de l’agricultrice de l’année Jacinthe Guilbert. « Ce sont nos fermes familiales, notre souveraineté alimentaire et notre santé qui sont en jeu derrière la gestion de l’offre. Mais Trudeau n’a pas eu la détermination de protéger les Canadiens et les Canadiennes face aux pressions de Trump. Quand les libéraux comprendront-ils que gouverner le Canada prend du courage politique ? », s’indigne Brigitte Sansoucy.

Ensuite, les prestations de maladie et le trou noir de l’assurance-emploi demeurent une des grandes préoccupations du NPD et de la députée Sansoucy. Dans ses interventions en Chambre, elle n’a cessé d’appeler le gouvernement à améliorer le système d’assurance-emploi, notamment en bonifiant ces prestations. « Un pays riche comme le Canada ne peut pas laisser tomber ses citoyens les plus fragiles. Personne ne choisit d’être malade et personne ne guérit d’un cancer en 15 semaines ! », martèle la députée. Autre sujet en lien avec ses dossiers de porte-parole, la députée a aussi alerté le gouvernement sur le besoin d’investissements massifs pour un service Internet haute vitesse abordable, un dossier très important, voire vital pour le milieu rural et pour Saint-Hyacinthe–Bagot.

Début novembre, Brigitte Sansoucy a déposé sa motion sur les bandes riveraines visant à respecter et protéger les bandes riveraines afin de favoriser l’amélioration et la conservation de la qualité de nos cours d’eau pour toute notre communauté et d’en assurer la pérennité pour les générations futures.

Enfin, dans le cadre du Comité HUMA dont elle est vice-présidente, Brigitte Sansoucy a mis au cœur des débats la question de la pénurie de la main-d’œuvre ; une table ronde avec les entrepreneurs du comté et les organismes de développement économique aura d’ailleurs lieu en janvier.

 Une session chargée en comté

En novembre, la députée Sansoucy a mis sur pied un comité jeunesse visant à entendre les jeunes et leurs préoccupations. Elle a aussi tenu un café de la députée sur l’endettement rassemblant plus d’une cinquantaine de citoyens venus entendre les propositions de l’ACEF Montérégie-Est pour alléger le fardeau des familles. La députée a également poursuivi sa tournée des conseils municipaux. D’ailleurs, l’un des moments phares de la dernière session a été l’invitation de tous les élus municipaux à Ottawa à l’occasion d’un voyage entièrement organisé par les équipes de la députée qui visait à faire connaître les services aux municipalités proposés au niveau fédéral. En novembre, son investiture comme candidate officielle du NPD dans la future circonscription de Saint-Hyacinthe–Acton a été un chaleureux moment de rencontres et d’échanges.

En décembre, le NPD a réussi a faire adopter une motion unanime de la Chambre des communes visant à mettre en place une stratégie nationale de lutte à la pollution par le plastique et de prendre des mesures immédiatement pour interdire les pailles en plastique. La députée Sansoucy se dit fière que cette stratégie soit mise en place, demande à la fois du comité jeunesse, mais aussi de plusieurs centaines de Maskoutains et de Valois qui ont eux aussi signé une pétition demandant d’agir maintenant.

À Ottawa, la députée a été impliquée dans deux réformes majeures du gouvernement fédéral, soit : la réforme de la Loi sur le divorce et la Loi sur la réduction de la pauvreté

Si la première réforme va dans le bon sens, la seconde a profondément déçu la parole-parole du NPD en matière de Développement social par son absence d’ambition : « Le ministre Duclos se félicite d’avoir rassemblé dans un même texte des mesures qui existaient déjà ; ce n’est pas ma vision du progrès ! », résume-t-elle. Brigitte Sansoucy qui, en 2016, avait défendu son projet de loi C-245 visant à éliminer de la pauvreté poursuit : « Partout au pays, des citoyens, des associations, des élus, débordent d’initiatives et de propositions pour combattre ce fléau, il ne manque que le gouvernement pour que les choses changent réellement. Mais les libéraux ont refusé encore une fois d’écouter et d’agir, ce projet de loi ne contient aucun investissement ni aucun nouveau programme. Si on veut réellement combattre la pauvreté, particulièrement celle chez les enfants, il faut agir! »

Comme pour tout le monde, la députée exprime sa déception vis-à-vis de l’inaction des libéraux

« J’avais des attentes vraiment élevées par rapport à certains engagements des libéraux. Malheureusement, l’énumération des promesses brisées ne finit plus : pas de réforme électorale, pas de réforme de fond sur l’assurance-emploi, pas d’investissement massif dans nos infrastructures publiques, pas de réinvestissement en santé, pas de réforme à l’Office national de l’énergie, et puis finalement l’approbation d’un pipeline de 4 milliards de dollars, sans parler des PDG de grandes sociétés et des multimillionnaires qui achètent un accès privilégié au premier ministre alors que la classe moyenne peine à joindre les deux bouts, vraiment ça c’est du changement ? », questionne la députée.

Ces mauvaises nouvelles ne coupent cependant pas l’envie de la députée Sansoucy de continuer à défendre les intérêts des Maskoutains et des Valois.

La suite

En début d’année, la députée prévoit poursuivre sa tournée des entreprises et des conseils municipaux et aller à la rencontre des citoyens et citoyennes du comté. De plus, elle demeure à l’écoute de la population afin d’entendre leurs préoccupations, ainsi que leurs priorités pour la session parlementaire qui débutera le 28 janvier et préparer l’élection générale qui aura lieu plus tard en 2019. La députée Sansoucy s’engage à continuer de représenter les Maskoutains et les Valois avec la même énergie et de porter leurs voix puisqu’elle est leur porte-parole officielle à Ottawa.