Brigitte Sansoucy réclame plus d’infrastructures durables

Saint-Dominique – Brigitte Sansoucy, porte-parole en matière d’Infrastructure et collectivités, a tenu une conférence de presse réclamant du gouvernement fédéral qu’il intègre des critères favorables aux infrastructures durables lors de ses octrois de contrats.

« Je ne cesse de le répéter, investir dans des infrastructures durables, c’est rentable à long terme – je l’ai déjà dit, je ne comprends pas pourquoi on ne s’assure pas que les critères de durabilité soient pris en considération lors des appels d’offres pour l’octroi de contrats avec contribution du fédéral », mentionne la députée. Les libéraux ont dit qu’ils sont enfin en mode infrastructures et ce, après trois ans d’inaction. Il serait également temps qu’ils soient en mode infrastructures durables afin que toutes les sommes des contribuables soient investies dans des infrastructures de qualité, ayant un moindre impact environnemental et qui vont perdurer plus longtemps. Il est donc temps que le développement durable soit inclus dans les appels d’offres.

Pour Brigitte Sansoucy, il est important de souligner les initiatives individuelles ou émanant d’entreprises de Saint-Hyacinthe–Bagot. Le béton compacté au rouleau (BCR) des Carrières Saint-Dominique est un parfait exemple d’innovation durable. « Les infrastructures développées avec le BCR sont l’exemple d’un procédé innovant qui doit inspirer tout le monde, y compris le gouvernement fédéral », assure la députée avant de poursuivre : « Nous devons désormais concevoir et construire toutes nos infrastructures en fonction de critères de performances durables dont leur durée de vie. Ce qui comprend autant les coûts environnementaux, économiques et sociaux, que les coûts d'entretien, de restauration ou de remplacement partiel au besoin. »

Interrogé récemment par la députée Sansoucy sur l’inclusion de critères durables dans les appels de projet du gouvernement fédéral, le directeur parlementaire du budget, M. Yves Giroux, a répondu ceci : « Dans le contexte de votre exemple [le BCR], cela pourrait permettre de financer des projets qui coûtent de prime abord un peu plus chers, mais qui ont un meilleur rapport coût-avantage. »

À la lueur de cette réponse, le NPD considère que les montants qui nécessaires pour construire des installations durables ne doivent pas être uniquement perçus comme des dépenses, mais plutôt comme des investissements durables qui ont des retombées économiques importantes tout en respectant l’environnement et en minimisant les conséquences néfastes pour nos collectivités.

Tout comme sa collègue néo-démocrate Marjolaine Boutin-Sweet, la députée Sansoucy croit qu’il faut aussi s’assurer que le critère de développement durable soit applicable lors de la construction de logements communautaires et abordables. « Les logements sociaux sont importants pour les citoyen.nes ayant des revenus plus modestes. Les développer avec des matériaux durables assurerait donc un entretien moins coûteux et, encore une fois, un bénéfice indéniable pour l’environnement, d’ajouter Madame Sansoucy, également porte-parole en matière de Famille, Enfants et développement social.

Brigitte Sansoucy et le NPD sont ainsi convaincus que le développement économique durable est une voie d’avenir pour les infrastructures, les transports en commun et le logement social car à long terme, il est évident qu’un projet durable sera plus économique tout en minimisant son empreinte environnementale.